Chapitre I – Les suites

Niveau : Terminale S Difficulté du cours :

Qu'est-ce qu'une suite ?

Définition

On appelle suite une fonction de $\mathbb{N}$ dans $\mathbb{R}$ : cette fonction va prendre des éléments d'un ensemble de départ $\mathbb{N}$ et va les amener dans un ensemble d'arrivée $\mathbb{R}$.

Il y a plusieurs manières de définir une suite :

  • Par récurrence : On donne le premier terme de la suite ainsi que le terme au rang $n+1$.
  • Par son terme général : On donne le $n$-ième terme de la suite en fonction de $n$.

Exemple : Pour tout $n \in \mathbb{N}$, on définit les suites $(u_n)_{n \in \mathbb{N}}$ et $(v_n)_{n \in \mathbb{N}}$ ainsi :

$u_n = n$

$(v_n)_{n \in \mathbb{N}} = \begin{cases} v_0 = 0 \\ v_{n+1} = v_n + 1 \end{cases}$.

On remarque que bien que définies différemment, $(u_n)_{n \in \mathbb{N}}$ et $(v_n)_{n \in \mathbb{N}}$ sont égales.

Suites arithmétiques

Une suite $(u_n)_{n \in \mathbb{N}}$ est dite arithmétique si elle est de la forme :

$u_{n+1} = u_n + r$ avec $r \in \mathbb{R}$.

Le réel $r$ est la raison de la suite (si $r \gt 0$, $(u_n)_{n \in \mathbb{N}}$ est strictement croissante, si $r \lt 0$, $(u_n)_{n \in \mathbb{N}}$ est strictement décroissante et si $r = 0$, $(u_n)_{n \in \mathbb{N}}$ est constante). Il est possible de trouver le terme général d'une suite arithmétique :

On note $p$ le rang initial de la suite (celui à partir duquel la suite est définie) :

$u_n = u_p + (n-p) \times r$

Et si $(u_n)_{n \in \mathbb{N}}$ est définie à partir du rang $0$ (on a $p = 0$) :

$u_n = u_0 + (n-0) \times r = u_0 + n \times r$

La somme des $n$ premiers termes d'une suite arithmétique est donnée par la formule suivante (on note $S_n$ cette somme) :

$\displaystyle{S_n = \frac{(\text{Premier terme } + \text{ Dernier terme}) \times (\text{Nombre de termes})}{2}}$

Astuce : Pour trouver le nombre de termes, on prend le rang jusqu'auquel on souhaite calculer cette somme, on y soustrait l'indice du premier terme et on y ajoute $1$.

Exemple : Soit une suite $(u_n)_{n \geq 1}$ définie par $(u_n)_{n \geq 1}$ : $\begin{cases} u_1 = 10\\ u_{n+1} = u_n + 5 \end{cases}$ pour $n \in \mathbb{N}$ et $n \geq 1$.

La raison $r$ est égale à $5$. Le premier terme est $u_1 = 10$ d'indice $p = 1$. Le terme général de cette suite est donc $u_n = u_1 + (n-1) \times r$.

Par conséquent, on a : $u_n = 10 + (n-1) \times 5$. On souhaite calculer la somme des termes de cette suite jusqu'au rang $n$. Par l'astuce précédente, il y a $n-1+p = n$ termes. On peut calculer la somme $S_n$ :

$S_n = \frac{(u_1 + u_n) \times (n)}{2} = \frac{(20 + (n-1) \times 5)(n)}{2} = \frac{5n^2 + 15n}{2}$.

Suites géométriques

Une suite $(v_n)_{n \in \mathbb{N}}$ est dite géométrique si elle est de la forme :

$v_{n+1} = v_n \times q$ avec $q \in \mathbb{R}$.

Le réel $q$ est la raison de la suite (si $q \gt 1$, $(v_n)_{n \in \mathbb{N}}$ est strictement croissante, si $0 \lt q \lt 1$, $(v_n)_{n \in \mathbb{N}}$ est strictement décroissante et si $q = 1$ ou $0$, $(v_n)_{n \in \mathbb{N}}$ est constante). Il est possible de trouver le terme général d'une suite géométrique :

On note $p$ le rang initial de la suite (celui à partir duquel la suite est définie) :

$v_n = v_p \times q^{n-p}$

Et si $(v_n)_{n \in \mathbb{N}}$ est définie à partir du rang $0$ (on a $p = 0$) :

$v_n = v_0 \times q^{n-0} = v_0 \times q^n$

La somme des $n$ premiers termes d'une suite géométrique est donnée par la formule suivante (on note $S_n$ cette somme) :

$\displaystyle{S_n = (\text{Premier terme}) \times \frac{1 - q^\text{Nombre de termes}}{1 - q}}$

Astuce : Pour trouver le nombre de termes, on prend le rang jusqu'auquel on souhaite calculer cette somme. On y soustrait l'indice du premier terme et on y ajoute $1$.

Exemple : Soit une suite $(v_n)_{n \geq 2}$ définie par $(v_n)_{n \geq 2}$ : $\begin{cases} v_2 = 1\\ v_{n+1} = v_n \times 2\end{cases}$ pour $n \in \mathbb{N}$ et $n \geq 2$.

La raison $q$ est égale à $2$. Le premier terme est $v_2 = 1$ d'indice $p = 2$. Le terme général de cette suite est donc $v_n = v_2 \times q^{n-2}$.

Par conséquent, on a : $v_n = 2^{n-2}$. On souhaite calculer la somme des termes de cette suite jusqu'au rang $n$. Par l'astuce précédente, il y a $n-1+p = n + 1$ termes. On peut calculer la somme $S_n$ :

$S_n = v_2 \times \frac{1 - q^{n-1}}{1 - q} = -(1 - 2^{n-1}) = 2^{n-1} - 1$.

Étude des suites

Sens de variation

Une suite $(u_n)_{n \in \mathbb{N}}$ est croissante si on a :

$u_{n+1} \geq u_n$ ou $u_{n+1} - u_n \geq 0$

À l'inverse, une suite $(u_n)_{n \in \mathbb{N}}$ est décroissante si on a :

$u_{n+1} \leq u_n$ ou $u_{n+1} - u_n \leq 0$

Une suite $(u_n)_{n \in \mathbb{N}}$ est dite constante si on a pour $c \in \mathbb{R}$ :

$u_{n} = u_{n+1} = c$

Si une suite est croissante ou décroissante et ne change pas de variation, alors elle est dite monotone.

Limites

On dit qu'une suite $(u_n)_{n \in \mathbb{N}}$ converge vers une limite finie $l$ si pour tout $\epsilon \gt 0$, on a $|u_n - l| \lt \epsilon$. Cette définition est un peu technique mais elle signifie qu'il existe une infinité de réels entre $(u_n)_{n \in \mathbb{N}}$ et $l$. On dit que $(u_n)_{n \in \mathbb{N}}$ est convergente et on note alors :

$\lim\limits_{n \rightarrow +\infty} u_n = l$

Attention ! On dit que $(u_n)_{n \in \mathbb{N}}$ converge vers $l$ mais jamais $(u_n)_{n \in \mathbb{N}}$ n'atteindra $l$ quand $n$ tend vers +$\infty$.

La suite $(u_n)_{n \in \mathbb{N}}$ peut également diverger vers une limite infinie. On dit à ce moment là que $(u_n)_{n \in \mathbb{N}}$ est divergente. On note ainsi :

$\lim\limits_{n \rightarrow +\infty} u_n = \pm \infty$

Il est possible d'écrire une définition semblable à celle de la convergence.

Ainsi, si $(u_n)_{n \in \mathbb{N}}$ diverge vers $+\infty$ quand $n$ tend vers +$\infty$, cela signifie que pour tout réel $h$ et à partir d'un certain rang $M$, on aura $u_M \gt h$.

Et si $(u_n)_{n \in \mathbb{N}}$ diverge vers $-\infty$ quand $n$ tend vers +$\infty$, cela signifie que pour tout réel $h$ et à partir d'un certain rang $m$, on aura $u_m \lt h$.

Limite d'une suite géométrique
Si on a pour $q \in \mathbb{R}$... $-1 \lt q \lt 1$ $1 \lt q$ $q \leq -1$ $q = 1$
La suite $q^n$ a pour limite... $0$ $+\infty$ Pas de limite $1$

À savoir que si une suite a une limite, alors cette limite est unique.

Opérations sur les limites

Dans tout ce qui suit, $(u_n)_{n \in \mathbb{N}}$ et $(v_n)_{n \in \mathbb{N}}$ sont deux suites. Ces tableaux sont à connaître et sont requis pour pouvoir travailler sur les limites.

Limite d'une somme
$\lim\limits_{n \rightarrow +\infty} u_n$ $l$ $l$ $l$ $+\infty$ $-\infty$ $+\infty$
$\lim\limits_{n \rightarrow +\infty} v_n$ $l'$ $+\infty$ $-\infty$ $+\infty$ $-\infty$ $-\infty$
$\lim\limits_{n \rightarrow +\infty} (u_n + v_n)$ $l + l'$ $+\infty$ $-\infty$ $+\infty$ $-\infty$ ?
Limite d'un produit
$\lim\limits_{n \rightarrow +\infty} u_n$ $l$ $l \gt 0$ $l \gt 0$ $l \lt 0$ $l \lt 0$ $+\infty$ $+\infty$ $-\infty$ $0$
$\lim\limits_{n \rightarrow +\infty} v_n$ $l'$ $+\infty$ $-\infty$ $+\infty$ $-\infty$ $+\infty$ $-\infty$ $-\infty$ $\pm \infty$
$\lim\limits_{n \rightarrow +\infty} (u_n \times v_n)$ $l \times l'$ $+\infty$ $-\infty$ $-\infty$ $+\infty$ $+\infty$ $-\infty$ $+\infty$ ?
Limite d'un quotient
$\lim\limits_{n \rightarrow +\infty} u_n$ $l$ $l$ $+\infty$ $+\infty$ $-\infty$ $-\infty$ $\pm \infty$ $l$ $0$
$\lim\limits_{n \rightarrow +\infty} v_n$ $l' \neq 0$ $\pm \infty$ $l' \gt 0$ $l' \lt 0$ $l' \gt 0$ $l' \lt 0$ $\pm \infty$ $0^+_-$ $0$
$\lim\limits_{n \rightarrow +\infty} (\frac{u_n}{v_n})$ $\displaystyle{\frac{l}{l'}}$ $0$ $+\infty$ $-\infty$ $-\infty$ $+\infty$ ? $\pm \infty$ ?

À noter que l'on n'étudie les limites des suites qu'en $+\infty$ et qu'il n'existe que 4 formes indéterminées : $+\infty - \infty$, $0 \times \pm \infty$, $\frac{\pm \infty}{\pm \infty}$ et $\frac{0}{0}$.

Majoration, minoration et bornes

Soient une suite $(u_n)_{n \in \mathbb{N}}$ et deux réels $m$ et $M$ :

  • On dit que que $m$ est un minorant de $(u_n)_{n \in \mathbb{N}}$ si pour tout $n$ : $u_n \gt m$.
  • On dit que que $M$ est un majorant de $(u_n)_{n \in \mathbb{N}}$ si pour tout $n$ : $u_n \lt M$.
  • On dit que que $(u_n)_{n \in \mathbb{N}}$ est bornée si elle est à la fois majorée et minorée.
  • Si $(u_n)_{n \in \mathbb{N}}$ est croissante et est majorée, alors elle est convergente. Si elle n'est pas majorée, $(u_n)_{n \in \mathbb{N}}$ diverge vers $+\infty$.
  • Si $(u_n)_{n \in \mathbb{N}}$ est décroissante et est minorée, alors elle est convergente. Si elle n'est pas minorée, $(u_n)_{n \in \mathbb{N}}$ diverge vers $-\infty$.

Toute suite convergente est également bornée.

Encadrement

Soient deux suites $(u_n)_{n \in \mathbb{N}}$ et $(v_n)_{n \in \mathbb{N}}$ telles que $u_n \lt v_n$ à partir d'un certain rang. On a :

  • Si $\lim\limits_{n \rightarrow +\infty} u_n = +\infty$, alors $\lim\limits_{n \rightarrow +\infty} v_n = +\infty$.
  • Si $\lim\limits_{n \rightarrow +\infty} v_n = -\infty$, alors $\lim\limits_{n \rightarrow +\infty} u_n = -\infty$.
  • Si $\lim\limits_{n \rightarrow +\infty} u_n = l$ et $\lim\limits_{n \rightarrow +\infty} v_n = l'$ alors $l \lt l'$.

Soient trois suites $(u_n)_{n \in \mathbb{N}}$, $(v_n)_{n \in \mathbb{N}}$ et $(w_n)_{n \in \mathbb{N}}$ telles que $u_n \lt v_n \lt w_n$ à partir d'un certain rang et que $(u_n)_{n \in \mathbb{N}}$ et $(w_n)_{n \in \mathbb{N}}$ convergent vers le réel $l$. Alors :

$\lim\limits_{n \rightarrow +\infty} v_n = l$

Ce théorème est appelé théorème des gendarmes.

Raisonnement par récurrence

Si on souhaite montrer qu'une propriété est vraie pour tout $n \in \mathbb{N}$ à partir d'un certain rang $p$ :

Initialisation : On teste la propriété au rang $p$. Si elle est vérifiée, on passe à l'étape suivante.

Hérédité : On suppose la propriété vraie à un rang $n \geq p$. Puis on montre qu'elle reste vraie au rang $n+1$.

Conclusion : On explique que l'on vient de démontrer la propriété au rang $n+1$ et que comme celle-ci est initialisée et héréditaire, alors elle est vraie à partir du rang $p$.

Exemple : Soit une suite $(u_n)_{n \in \mathbb{N}}$ définie par $(u_n)_{n \in \mathbb{N}}$ : $\begin{cases} u_0 = 4\\ u_{n+1} = \frac{4u_n + 17}{u_n + 4}\end{cases}$. On souhaite montrer que pour tout $n \in \mathbb{N}$, on a $4 \leq u_n \leq 5$.

On note $\mathcal{P}_n$ la propriété définie pour tout $n \in \mathbb{N}$ par $\mathcal{P}_n$ : $4 \leq u_n \leq 5$.

On constate également que $u_{n+1} = \frac{4u_n + 17}{u_n + 4} = \frac{4(u_n + 4) + 1}{u_n + 4} = 4 + \frac{1}{u_n + 4}$.

Initialisation : On teste la propriété au rang $0$ :

$\mathcal{P}_0$ : $4 \leq u_0 \leq 5 \iff 4 \leq 4 \leq 5$. C'est vrai.

La propriété est vraie au rang $0$, on souhaite vérifier que la propriété est vraie au rang $n+1$.

Hérédité :

D'après $\mathcal{P}_n$ : $4 \leq u_n \leq 5$. Donc on a :

$\iff 4 \leq u_n \leq 5$

$\iff 4 + 4 \leq u_n + 4 \leq 5 + 4$

$\iff \frac{1}{9} \leq \frac{1}{u_n + 4} \leq \frac{1}{8}$ (la fonction inverse est décroissante sur $\mathbb{R}^+$ donc on change l'inégalité)

$\iff 4 + \frac{1}{9} \leq 4 + \frac{1}{u_n + 4} \leq 4 + \frac{1}{8}$

Or $4 + \frac{1}{9} \approx 4.111 \gt 4$ et $4 + \frac{1}{8} = 4.125 \lt 5$. On a donc bien :

$4 \leq u_{n+1} \leq 5$

Conclusion :

La propriété est initialisée au rang $0$ et est héréditaire. Ainsi, $\mathcal{P}_n$ est vraie pour tout $n \in \mathbb{N}$.

Le raisonnement par récurrence est très utilisé en mathématiques et ne se limite pas qu'à l'étude des suites.

Annales en rapport avec le sujet

Sujets et corrigés fournis par Math France.

Vous souhaitez avoir tous les cours en version papier, pour réviser tranquillement dans votre lit ou au coin de la cheminée ? Achetez le livre physique dès maintenant !

Commentaires

Avatar (prévisualisation)

Anonyme

c'est intéressant

20/06/2019 14:58

super

Super

6/05/2019 03:15